Siu Lim Tao ou Siu Nim Tao, "la petite idée"

C’est la première forme du Wing Chun. On y apprend les bases du système, et le concept de ligne centrale.

Ce tao est effectué en position statique, ce qui permet de se concentrer sur le haut du corps, de prendre le temps de décomposer tous les mouvements de ses bras, d’imaginer les forces et points de levier, de sentir les sensations de son corps et l’énergie qui en découle.

L’essentiel de ce tao est basé sur un important travail du poignet. Il nous apprend également les mouvements de bras du chi sao.
C’est également un exercice de chi-kung, développant l’énergie interne et la puissance statique. Le siu lim tao de Ip Man durait quarante cinq minutes !
Il enseigne la plupart des techniques du wing chun : tan sao, wu sao, fook sao, pak sao, bong sao, gaun sao et jum sao.

Cham Kiu ou Chum Kiu, " chercher le pont " au sens d'établir le contact avec les bras de l'adversaire

Cette forme plus avancée étudie surtout les défenses. On y pratique différentes esquives de l’ensemble du corps dans différentes directions.

Il apprend surtout à se déplacer dans une action martiale tout en conservant sa structure. La rotation du corps et le  » montrer l’épaule  » sont deux points essentiels dans ce tao.

Deux positions, Ping Sun Ma et Ding Sun Ma, permettent une mobilité au cours de l’échange tout en conservant une structure solide.
Il est essentiellement basé sur bong sao.

Biu Jee ou Biu Gee, " les doigts piquants"

C’est la forme avancée du style. C’est également un exercice de chi-kung (à la différence des deux autres, on va chercher l’adversaire). L’accent est mis sur le travail au niveau du poignet.

Les techniques sont exécutées les doigts tendus avec une sensation de projection d’énergie (force irradiante), très différente de celle de force brute que l’on transmet dans une attaque de pique de doigts.

Ce tao permet d’allonger ou de raccourcir les mouvements, pour briser les distances lors d’un combat.
Il sert également à transformer une action défensive en action offensive et une action offensive en défense « attaque-défense simultanée ».
L’utilisation des coups de coude et des piques de doigt permettent d’être plus décisif lors d’un combat.
Le travail des jambes permet d’apprendre à conserver son équilibre, pour des balayages ou fauchages afin de faire chuter l’adversaire ou d’effectuer des clefs sur les articulations.

Catégories : Wing Chun

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *